imprimer

Connaître les modalités



Durée de l'échange

Un échange semble optimal quand celui-ci dure au moins 3 semaines.

Il prend en général la forme d’un placement en entreprise, prévoyant parfois une période dans un centre de formation. Il est très rare que l’échange se fasse entièrement en centre de formation (en fonction des pays - en effet, l’apprentissage en entreprise n’est pas la règle dans tous les pays européens !).

Personnes concernées

La mobilité s’adresse en général aux apprenants en bac pro, en BTS mais aussi en licence pro, à certains élèves ingénieurs. Elle peut aussi s’adresser à des jeunes inscrits dans des programmes « passerelles » entre deux diplômes, ou même à des jeunes qui ont déjà complété leur formation.

Types d'échanges

Voici les types d’échanges les plus fréquemment pratiqués :
 

Échanges de groupe

C’est la possibilité de partir à plusieurs, avec tout ou partie de sa section. Généralement, les jeunes sont accompagnés par un formateur/enseignant de son établissement. Si les jeunes sont placés en entreprise, ils sont sous la responsabilité d’un tuteur en entreprise. Si la mobilité se déroule en centre de formation, les modalités peuvent différer.
 

Il existe 2 formes d’échanges de groupes :
 

Échanges individuels

Lorsqu’un jeune part tout seul à l’étranger, en général en placement en entreprise, il s’agit d’un échange individuel. Certains dispositifs (régionaux par exemple) le proposent. Pour les services de l’automobile, il s’agit par exemple des dispositifs :
 

  • Eurostart, initié par le Conseil régional d’Ile-de-France et décliné par l’ANFA. Ce dispositif d’aide à mobilité concerne les apprentis, pour un échange de 6 mois.
     

  • DIMA (Diplôme d’ingénieur en maintenance automobile). Ce dispositif concerne, comme son nom l’indique, des élèves ingénieurs pour un échange de 4 semaines minimum.

 

Importance de la réciprocité

La réciprocité, c’est l’action d’accueillir en retour un groupe de jeunes provenant d’un établissement partenaire. La réciprocité est un facteur important dans les échanges.
 

  • Pour les jeunes, car c’est l’occasion de partager des expériences avec leurs homologues étrangers, de les retrouver et de communiquer dans une langue étrangère. Ça peut aussi être la base de contacts plus poussés qui pourront être mobilisés au cours d’une carrière.
     

  • Pour l’établissement, car la réciprocité permet d’inscrire des projets de mobilité dans le temps, et donc d’en faire profiter les générations suivantes.

 

Reconnaissance de la mobilité

Aujourd’hui se développe la reconnaissance des « acquis d’apprentissage » obtenus à l’étranger, le but étant de les faire reconnaître dans sa certification. La valeur ajoutée de la mobilité est ainsi plus visible et confère plus de crédibilité (notamment auprès des employeurs). Elle permet, in fine, de valoriser le CV du jeune.




Pas d'actualité en cours.

Consulter les archives des :